Les Radicaux de Gauche de l'agglomération rochelaise dans le débat sur les périmètres intercommunaux

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

L'évolution de la carte intercommunale touche à l'organisation des institutions communales et communautaires ainsi qu'aux services rendus à la population et à l'aménagement des territoires locaux.

 

Autant d'enjeux pour les habitants des communes concernées et leurs élus.

 

Cela concerne concrètement une éventuelle extension du périmètre de la Communauté d'Agglomération de La Rochelle et en conséquence le fonctionnement des politiques locales en matière d'urbanisme, de développement économique et d'emplois, des grands équipements, de l'aménagement de l'espace avec des conséquences tant pour les communes actuelles que les nouvelles.

 

C'est une question fondamentale pour l'avenir de notre territoire et les élus radicaux de gauche ont souhaité conduire leur propre réflexion et exprimer leur position.

 

Une première analyse consiste à suivre les attendus de notre projet d'agglomération (2002/2018) et reprendre l'avis du président qui écrivait: "il convient de répondre aux besoins de la population sur un territoire mieux charpenté avec une économie stimulée et un environnement mieux protégé..."

 

Soyons plus robustes pour construire de vraies solidarités:

 

Il s'agit  logiquement de chercher d'abord à consolider nos bases à partir du périmètre actuel pour mieux pouvoir créer de vraies solidarités territoriales tout en renforçant et développant dans un cadre évolutif des coopérations avec les territoires limitrophes notamment en matière de schéma de cohérence territoriale (inter scot). Cette position initiale est celle des radicaux.

 

Sans pouvoir appréhender avec certitude l'optimum dimensionnelle de la taille de notre communauté, nous avons admis dans un esprit radical la position du président qui estime qu'un territoire moins contraint peut constituer une première étape de ce processus prospectif.

 

Mais si nous devons nous élargir,il faut alors s'assurer qu'il génère les potentialités démographiques, économiques et structurelles indispensables pour engendrer un véritable effet de levier et créer une nouvelle dynamique au bénéfice de tous.

 

Opposition au schéma d'extension proposé par le préfet qui n'est pas pertinent,  ni cohérent:

 

C'est un élargissement à minima, plaqué sur le littoral. Il ne confère pas les potentialités indispensables pour répondre au développement et aux besoins d'un territoire dont la population doit atteindre les 180 à 200 000 habitants dans les 20 prochaines années. Il  ne tient pas compte des réalités locales, de l'histoire et des liens étroits existants entre certaines communes ainsi qu'une majorité de population active travaillant sur le territoire de la CDA mais éloignée par le prix du foncier.

 

En conséquence, les élus radicaux de gauche proposent, si la CDA doit s'élargir, que cette extension rationnelle participe à la définition d'une véritable aire urbaine et péri-urbaine constituée autour des 11 communes limitrophes et les plus proches comme l'indique la loi (CHARRON, VILLEDOUX, VERINES, BOURGNEUF, ST MEDARD, MONTROY, CLAVETTE, LA JARRIE, CROIX-CHAPEAUX, THAIRE, YVES. La commune de ST CHRISTOPHE tournée vers LA JARRIE et la CDA devrait logiquement se déterminer sur cette approche).

 

Parallèlement, les communes de l'Aunis devraient définir un vrai projet fort pour un territoire rural qui se développe sur ses bases propres. S'engageant sur des approches et des contractualisations, nécessaires à la population, avec notre CDA. 

 

Les élus radicaux de gauche souhaitent redonner du sens à la décision politique et veulent réaffirmer que toute révision des institutions doit respecter la libre décision des conseils municipaux et nécessite  l'information de la population, traduction de notre engagement aux valeurs de la démocratie.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article