L'hommage à Yannick CHENET de Benoît BITEAU

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

Benoit biteau

 

YANNICK ETAIT MON AMI

Yannick était mon ami, l’un des plus fidèles de notre jeunesse, de notre adolescence fougueuse. Cette amitié trouvait aussi ses racines dans nos origines paysannes, dans l’amour de notre métier, dans l’attachement à notre territoire, la vallée de la Seudre. Depuis huit ans, cette amitié a pris une autre tournure, autour d’un objectif commun : la survie.


Mon parcours professionnel m’a éclairé sur la nécessaire remise en cause d’un modèle agricole qui menace la survie de nos enfants, des générations futures et j’ai construit le modèle de production de ma ferme, la teneur de mon action militante autour de la démonstration qu’une autre voie est possible.


Mon engagement quotidien, professionnel, syndical, et politique aujourd’hui, est animé par une colère permanente causée par la famine dans le monde, par l’insoutenable constat d’enfants qui meurent de faim, par l’omerta autour de scandales sanitaires agricoles au nom du profit, et aujourd’hui, par la disparition de Yannick. Mais ce combat est bien dérisoire au regard du combat de Yannick qui a lutté avec courage et avec force pour sa propre survie.
Au-delà de la douleur qu’est celle de perdre l’un de mes plus sincères amis, gronde une nouvelle colère, celle de l’impuissance, celle de l’injustice.


L’injustice de perdre ici, un ami, un fils, un collègue, un mari, un père, et là-bas des enfants, des paysans sous le joug de la famine. Dans les deux cas, au nom d’un profit assassin. Face à l’horreur invisible, l’impuissance de Yannick, malgré la débauche d’énergie qu’il a consacrée dans sa lutte contre la maladie, l’impuissance des « femmes » autour de lui, Caroline, son épouse, Pauline et Emilie, ses filles, qui durant ces années ont été exemplaires, admirables et qui, avec une abnégation rare et remarquable ont consacré leur vie à accompagner Yannick, pour conclure sur cette injustice.


Yannick ne souffre plus, mais Yannick nous manque déjà, parce qu’il avait des projets plein la tête, pour après… Des projets que cette épreuve avait modelés, des projets militants pour l’émergence d’une agriculture responsable, des projets pour récompenser Caroline, Pauline et Emilie qui lui tenaient la main avec tellement d’espoir pour traverser cette passe difficile.
Et de ces parcours différents, de cette amitié d’enfance, de notre engagement militant nous avions su cultiver, nous les paysans, une nouvelle forme de complicité dans l’espoir d’une époque où l’avenir aurait un futur, pour nos enfants, pour les enfants. Une complicité scellée par le film de Jean-Paul Jaud, « Severn, la voix de nos enfants ».

Jeudi, nous t’accompagnerons une dernière fois, et pour nous va débuter le prolongement de ton combat, avec l’incertitude de savoir le conduire avec autant de force, de dignité, que celles que tu nous as montrées, mais toujours animés par la colère née de cette injustice, la mémoire et le respect de tes souffrances.


Benoit BITEAU


Parti Radical de Gauche
Vice Président de la Région Poitou Charentes,
Président de la commission « Ruralité, Agriculture, Pêche & Cultures marines ».
Ingénieur des Techniques Agricoles.
Conservateur du Patrimoine Technique, Scientifique & Naturel.
Paysan Bio.
Lauréat 2009 du Trophée National de l’Agriculture Durable.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article