Il faut se battre pour défendre l’école publique, laïque et gratuite.

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

cotta.gif

par Dominique COTTA secrétaire fédérale du PRG 17 en charge de l'Education

17 septembre 2010

 

Les valeurs du PRG qui nous portent nous somment de réagir : défendre l’école est un combat plus que jamais d’actualité.

L’école laïque sera bientôt mise au placard, enfermée à double tour dans une voie sans issue. Laissée à l’abandon sans moyens  financiers suffisants, avec des moyens humains réduits à peau de chagrin, condamnée au silence et sous pression.

Des médiateurs académiques appelaient, il y a peu, à une meilleure prise en compte de la dimension humaine dans la décision publique. Force est, pour nous, de constater  que les voix d’une grande partie des citoyens sont confisquées, ici comme dans d’autres domaines, tant au niveau collectif qu’au niveau individuel. Impossible déjà de se faire entendre !

Obtenir de justes moyens pour une éducation de qualité devient dès lors une utopie. Surtout lorsque l’on sait que l’état se désengage de la formation des enseignants au profit des formations privées.

Surtout lorsque l’on sait que l’état a fait le choix de subventionner à coup de niches fiscales ou de bonus deux fondations consacrées à financer les écoles privées, dont la Fondation pour l’école reconnue précipitamment –sans atteindre le délai réglementaire des trois ans d’existence ! », reconnue donc d’utilité publique avec tous les avantages fiscaux que cela peut représenter.

En subventionnant par ce biais indirect « les créateurs d’écoles » l’état devient son opposé, et mérite sans conteste  la dénomination de « destructeur d’école ».

Il suffit de regarder attentivement la rentrée scolaire en Charente-Maritime pour comprendre qu’entre fermetures sauvages, ouverture tronquée, ouverture refusée, aucun parent aujourd’hui ne peut être certain de retrouver à la rentrée le même nombre de classe qu’au mois de juin.

Menacés de suppression des allocations familiales, rendus responsables de l’échec  scolaire de leur enfant non méritant, privés des réseaux d’aides aux élèves en difficultés, peu certains de voir leurs enfant de deux ans accueillis gratuitement à l’école, une grande quantité de parents d’élèves sont désormais réduits au silence et à l’impuissance de ceux qui ne rentrent pas dans le cadre. Tout cela participe à l’insécurité, et réduit les possibilités de se mobiliser pour défendre l’éducation des enfants.

         En faisant le choix de fermer prisons et écoles, il est clair que l’état ne cherche plus à former des futurs citoyens aptes à réfléchir. Bien au contraire, se servant de la crise, Il en profite pour les réduire au silence et à l’obéissance. Il les instruit et les dresse insidieusement, en instaurant  pour leurs parents, un climat de politique sécuritaire outrancière, à coup de chiffres et de budgets sans compter les réformes non négociables.

Avant que l’état nous limite le droit de dire haut et fort ce qui les dérange, il faut que, sans relâche, le PRG se mobilise. Le PRG, c'est-à-dire chacun de nous  Chaque part en nous qui revendique le bien–fondé de la laïcité doit se battre pour défendre l’école publique, laïque et gratuite. Il faut le faire sans plus attendre, sans remettre à demain ce combat car l’école de la République nous est, déjà, bien confisquée !

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article