Dominique BUSSEREAU entre omissions et démissions.

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

bandeau.jpg

Communiqué du PRG 17 du 3 octobre 2010

 

Dominique BUSSEREAU poursuit toujours avec l’aimable participation de Sud-Ouest (voir l'article du 2/10/10) sa campagne de reconquête de virginité politique entamée au printemps.

 

Sur le plan national, M. BUSSEREAU passe désormais son temps à souhaiter quitter le navire gouvernemental. Il est vrai que sa mission laisse interrogatif alors qu’il n’est pas même en mesure de donner une information précise sur l’A831. Mais être membre du gouvernement, même comme secrétaire d’Etat, c’est être comptable de l’ensemble de ses décisions. On comprend que M. BUSSEREAU ne se batte pas pour assumer les décisions de Nicolas SARKOZY. Il les partage néanmoins puisqu’il ne les a pas dénoncées. On aurait aimé qu’il s’exprime sur les retraites, la politique de retrait de nationalité, la réforme des collectivités ou encore l’HLM…

 

Sur le plan départemental, M. BUSSEREAU reconnaît à demi-mot la politisation de l’enjeu avec l’UMP. Il est vrai que M. BUSSEREAU et sa majorité UMP ont clivé le département comme jamais … jusqu’au symbole des Journées du patrimoine ! Outre l’impatience de quitter le gouvernement, M. BUSSEREAU se félicite d’avoir changé sa commune, et de vouloir faire évoluer le département. On oublierait presque qu’il préside celui-ci depuis 3 ans et siège dans la majorité depuis 25 ans ! Quant à évoquer les solidarités comme axe de campagne, on ne peut qu’être dubitatif. On a lu dans le récent journal du Conseil général qui servait d’outil de propagande à cet axe de campagne, la solidarité avec les séniors en mettant en avant l’APA. Il nous semble nous souvenir que l’UMP n’avait guère à l’époque soutenu cette mesure du gouvernement JOSPIN. Par ailleurs, la majorité départementale UMP venant unilatéralement de réduire les aides aux communes (démoustication, aides aux travaux sur les locaux scolaires …), aux associations, et marquant un retard inquiétant sur les politiques de petite enfance, de prévention ou encore envers les aînés (non généralisation des CLIC malgré des demandes anciennes), cela semble bien curieux.

 

Alors M. BUSSEREAU tente de donner une image consensuelle de lui-même. Mais citer CREPEAU ou les Radicaux de Gauche, c’est comme SARKOZY s’appropriant JAURES : une fable de campagne électorale. Chacun a pu s’en apercevoir.

La réalité est donc celle de l’application de la méthode sarkozyste à échelle départementale. C’est pourquoi il est temps que le Département change comme le souhaitent ses habitants pour laisser Dominique BUSSEREAU se « re-ioder » à loisir.

 

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article