Contre des pratiques d’un autre âge, le plus vaste SAGE de France vers une gestion exemplaire !

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

Benoit biteau

Lors d’un déplacement organisé par la Chambre d’Agriculture le 16 juin dernier, les Conseillers Généraux de Charente-Maritime ont été manipulés sur la base d’informations fausses. Ces mêmes informations mensongères et calomnieuses furent reprises le lendemain, en séance publique de l’Assemblée Départementale. Sur la forme, prendre à témoin un groupe d’élus, au prétexte d’un déplacement de travail, afin de leur montrer des pratiques agricoles improbables sur la base de parcelles que je ne cultive même pas, relève du mensonge et de la diffamation : des pratiques politiques que je pensais révolues depuis les années 30 ! L’attitude idéale pour renforcer la méfiance des électeurs à l’égard de la classe politique et renforcer davantage encore l’abstention. Mais à court d’arguments, il ne reste plus que l’attaque personnelle.

Sur le fond, l’année 2011, montre que nous devons créer, imaginer une autre stratégie à l’égard de la ressource en eau, sortir de la fuite en avant que nous propose les producteurs de maïs et adopter une politique d’anticipation responsable de la gestion de la ressource en eau. A ce titre, les fédérations du  Parti Radical de Gauche 17 et Poitou-Charentes ont émis une position claire à travers un article « ressources en eau et réserves de substitution » cosigné par Jean-Yves Martin (Conseiller Général de Saint-Jean d’Angély) et moi-même (voir site PRG Poitou-Charentes http://www.prg-poitou-charentes.org/ressources-en-eau-reserves-de-substitution ).

Loin des débats stériles, mensongers et diffamatoires de la réunion de session de ce vendredi 17 juin 2011 au Conseil Général de la Charente-Maritime, l’élection du Président de la Commission Locale de l’Eau pour l’élaboration du Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau de la Charente (le plus vaste de France) qui a propulsé Patrick MOQUAY (Maire de Saint Pierre d’Oléron) à la Présidence, montre que l’instance, souvent qualifiée de parlement de l’eau, mesure toute la dimension des enjeux autour de la gestion de l’eau et que les élus qui y siègent ne cèdent plus au lobbying, parfois musclé, des maïsiculteurs, qui pourtant ne représentent que 10 % des agriculteurs.

 

Cette élection sanctionne des pratiques politiques d’un autre temps.

 

Le message que nous envoient les élus siégeant à la CLE en élisant un Président représentant l’aval du bassin, ambassadeur de la filière ostréicole en grande difficulté depuis plusieurs années, notamment en raison de la dégradation de la ressource en eau, affirme une volonté nouvelle d’aborder le problème dans sa globalité loin du clientélisme et de la cogestion qui durent depuis trop longtemps et qui nous ont conduits à la situation dramatique à laquelle nous assistons cette année.

Je ne peux donc que me réjouir de cette élection porteuse d’espoirs. Un boomerang en réponse à la médiocrité des débats de cette session du 17 juin. Victor HUGO disait : « Aucune idée en marche ne s'arrête quand le temps est venu ». Le temps d’une gestion responsable de l’eau semble donc, bel et bien, venu !

 

Benoit BITEAU


Parti Radical de Gauche


Vice Président de la Région Poitou Charentes
,

Président de la commission "Ruralité, Agriculture, Pêche & Cultures marines".

Élu référent du Conseil Régional pour le pays Marennes - Oléron.


Ingénieur des Techniques Agricoles.

Conservateur du Patrimoine Technique, Scientifique & Naturel.

Paysan Bio.

Lauréat 2009 du Trophée National de l'Agriculture Durable.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article