Benoît BITEAU rencontre la Commissaire européenne à la Pêche et dénonce le projet de réforme de la Politique Commune de la Pêche

Publié le par Fédération PRG de Charente-Maritime

Benoit biteau

La Région Poitou-Charentes, représentée par Benoît Biteau, Vice-Président du  Conseil régional en charge de la ruralité, de l’agriculture, de la pêche et des cultures marines, était fortement mobilisée ce mercredi 12 octobre à Bruxelles pour faire part de sa profonde opposition aux propositions de réforme de la Politique Commune de la Pêche (PCP) présentées par la Commission européenne en juillet dernier.

 

De nombreux élus régionaux et locaux et professionnels du secteur venant de toute la France, conscients des conséquences dramatiques pour l’avenir de la pêche que dessine la réforme, avaient fait le déplacement à l’occasion d’un séminaire co-organisé par l’Association des Régions de France (ARF) et la Députée européenne socialiste Estelle Grelier.

Face à Mme Maria Damanaki, Commissaire européenne à la Pêche et aux Affaires maritimes, ils ont dénoncé une réforme qui augure mal de l’avenir du secteur en faisant peser sur les pêcheurs de nouvelles contraintes : les mesures envisagées telles que les quotas individuels transférables ou l'objectif zéro rejet ont été décriées unanimement par les professionnels comme inadaptées à leur réalité quotidienne et aux contraintes de leurs pêcheries. Pour Benoît Biteau, « Le débarquement obligatoire de toutes les captures se heurte à des contraintes pratiques et pourra s’avérer contre-productif par rapport à l’objectif environnemental annoncé, tout en développant une incitation à la production de farines animales ». La Commission s’est vue reprocher une vision abstraite du secteur de la pêche et une méconnaissance de la réalité du terrain. Stigmatiser les pécheurs et la surpêche sans intégrer la dégradation des milieux par d’autres acteurs économiques, également soutenus par l’Europe, constitue une vision réductrice, cloisonnée et inadaptée pour aborder cette réforme regrette Benoît Biteau très attaché au lien terre – mer.

Alors que 10 à 20% des emplois devraient disparaître avec cette réforme selon une étude de la Commission, pour Benoît Biteau, la destruction de cette activité, levier du développement durable des territoires et de l’emploi, est inacceptable. Contre une politique qui néglige les conséquences sociales,économiques et territoriales et oublie de considérer la sécurité de ses principaux acteurs, le Conseiller régional a plaidé pour une plus grande attractivité du secteur et une préservation des emplois, à travers notamment un soutien les démarches régionales en faveur des formations aux métiers de la mer. « Une pêche et une aquaculture durables : yes, we can ! » a conclu Benoît Biteau. Tel était bien le credo de ce séminaire.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article